Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Photos

Gratitude automnale ou grogne sociale ?!

Il y a des moments dans une vie plus faciles que d’autres, et en cette période où la lumière s’amenuise au fur et à mesure que nous nous avançons lentement et doucement vers l’hiver, je me sens plutôt triste et fatiguée, découragée et perdue, un peu désorientée.

Tant de choses qui faisaient sens pour moi (dans mon métier, ma vie de catholique et de citoyenne, dans ma famille) perdent leurs couleurs d’origine, se fissurent et se craquellent, et s’en vont une à une, balayées par le vent, comme les feuilles au vent d’automne. Et je me sens de plus en plus vulnérable de cette progressive mise à nue, même si le dépouillement se fait en douceur, bien différemment des tempêtes passées. Lire la suite

Par défaut

Que nos prières s’élèvent devant toi comme l’encens et nos mains comme l’offrande du soir

(Invitation des vêpres avec les moines de l’Abbaye de Tamier )

Depuis mon retour de pérégrinations j’ai été bien occupée et silencieuse sur le blog mais je n’ai pas oublié toutes les intentions que j’ai déposées ici et là dans le coeur de Dieu par l’intercession de Marie, de Marie Madeleine, de Benoîte, du Curé d’Ars, de St Jacques, de St Joseph, de Ste Thérèse et du Sacré Coeur !

Toutes les bougies ont dû finir de brûler et nos prières sont montées vers le ciel 🙏🏼

Rendons grâce pour ce Dieu qui écoute nos prières et nous accueille dans son cœur ❤️

Elisabeth Cécile

Ps. La séquence photo est un clin d’œil au film d’Amelie Poulain auquel je n’ai pu m’empêcher de penser à chaque fois que je prenais ma Vierge de Pontmain en photo 😉

Elle a repris sa place dans ma cuisine, toute ennoblie de son périple, et en ce mois du Rosaire, j’égraine ce même chapelet qu’elle porte autour du cou en priant pour vous tous et vous toutes 🤗

Amen !!!

Méditation Poésie Réflexion, Photos, Religion catholique

Que nos prières s’élèvent comme l’encens 🤷‍♀️

Galerie

Les photos du final de mes pérégrinations de noces, en l’église du Sacré-Coeur à Rodez. Véritable coup de cœur pour ce lieu, que j’ai reçu comme un cadeau, vu qu’il n’était pas du tout prévu au départ !

Je vous joins en lien les vidéos de la prière finale :

Prière finale

Salve Regina

Merci à tous ceux qui m’ont suivis, soutenus et accompagnés de leur prière 😚

Méditation Poésie Réflexion, Photos, Religion catholique

Mon coeur a choisi sa cathédrale idéale : le Coeur de Jésus 😍

Galerie
Méditation Poésie Réflexion, Photos, Religion catholique

Le Puy vu avec le coeur : un lieu qui élève l’âme

En ce dimanche, j’avais choisi de vivre cette journée de manière plus intérieure, avec un cœur ouvert au mystère et à la grâce du lieu.

Pas comme la veille où j’avais regardé les lieux de manière plus historique et intellectuelle du fait de la visite guidée.

Par chance le dimanche la majorité des magasins sont fermés et il y a peu de monde dans les rues. Cela m’a vraiment porté à contempler la beauté des lieux et à les ressentir avec le coeur.

Lire la suite

Par défaut
Méditation Poésie Réflexion, Photos, Religion catholique

Le Puy-en-velay : recherches et questionnements

Ce matin, réveil au son de l’accordéon grâce au téléphone de ma voisine de lit ! Immédiatement cette journée a été placée sous le signe de la marche, puisque cette musique m’a évoquée mon amie Christelle (qui est une grande marcheuse et joue aussi de l’accordéon !). De plus, étant pour 2 jours dans la capitale européenne des chemins de St Jacques de Compostelle, je ne pouvais pas ne pas marcher sur un début de route ni ne pas pérégriner dans cette ville chargée d’histoire.

J’ai aussi commencé la journée en lisant l’épître de Jacques, en réalisant dans ma tête de blonde (!) qu’il s’agissait justement du même Jacques que celui de Compostelle 😅

En commençant le GR 65, je me disais que beaucoup de pèlerins prenaient la route, soit pour rendre grâce, soit pour expier, soit pour chercher, soit pour découvrir et admirer, et je me suis sentie un peu dans toutes ces situations aujourd’hui 🤗

Et j’ai vécu, à petite échelle, tout ce qu’on peut vivre en marchant : joie du paysage, fatigue, chaleur, suées, erreur de parcours -qui m’a faite faire deux fois le même circuit de 2 km à flanc de colline car je tenais absolument à voir les 5 chibottes (cabanes de pierre) pour lesquelles j’étais venue !- plusieurs glissades…sans chute heureusement, un peu la soif et la faim…et un beau coup de soleil sur le visage malgré la crème 😱

Mais je suis fière de m’être obstinée à chercher ces chibottes et j’ai même réussi à arriver pile à l’heure pour le départ de la visite guidée de 2h qui démarrait à 14h30 😅

J’ai marché un petit bout sur le GR 65 à l’aller et sur la voie régordane au retour.

Étonnant d’avoir vu des cabanes en cailloux puis de traverser un long chemin bordé de riches et parfois très anciennes demeures.

D’ailleurs c’est ce qui m’a interpelée aujourd’hui : tout un ensemble de contrastes.

Il faut dire que la ville du Puy date du moyen-âge et que tout (en particulier dans l’architecture) repose sur le contraste entre le haut et le bas, la noblesse et le bas-peuple.

La cathédrale est une splendeur, et pourtant en écoutant les histoires que nous racontait le guide j’avais la nostalgie de tous les lieux que j’ai visité depuis le début de mon voyage et où j’avais senti la foi des pauvres et des petites gens, le coeur à coeur d’une rencontre avec Dieu ou avec Marie. Le ciel qui rejoint la terre et la visite, comme à Bethléem.

Ici rien de tel. Cela me donne l’effet inverse.

J’ai l’impression d’un sanctuaire construit par les hommes pour rejoindre le sacré (la cathédrale a été construite sur un temple romain, lui-même bâti sur un lieu de culte datant du néolithique.)

Je n’ai entendu parler que de politique et de guerres de pouvoir, de luttes entre chanoines et évêques pour un droit de passage ou une place dans la cathédrale (il fallait avoir 8 titres de noblesse pour être chanoine au Puy…alors que l’évêque était plutôt d’un rang inférieur aux chanoines).

Le bas-peuple n’a eu accès que très tard à la cathédrale et les évêques ont même dû construire des machi-coulis et une salle de garde pour se protéger des attaques du bas clergé et du peuple… -on dirait que ces temps ne sont pas révolus, même si les protections me semblent d’un autre ordre… –

Il y avait clairement le clergé du haut et le clergé du bas (au propre comme au figuré).

Et la première voie vers St Jacques s’est ouverte à la suite d’un motif commercial et politique. Le fait religieux du pèlerinage n’est arrivé qu’après, entretenu par le commerce.

C’est vraiment le lieu par excellence d’une église construite par les hommes, bâtie et rebâtie à leurs fantaisies (et vas y que j’ouvre une porte et abîme un cloître, ou que je fais ériger un monument à la gloire d’un cousin, tandis que la Vierge et les reliques sont reléguées dans une chapelle transversale 😳)

La cathédrale a été rallongée deux fois, on y a ajouté les transepts plus tard, et à une époque il y avait un jubet séparant une église pour les nobles et les riches, et une église pour les pauvres, avec un autel tourné dans l’autre sens.

La façade a été totalement reconstruite pierre à pierre, et au début il n’y avait pas d’escaliers. Les habitations montaient jusqu’à la cathédrale, jusqu’à ce qu’un architecte décide de les supprimer pour en faire des jardins afin de mieux mettre en valeur l’ensemble. Et il a fait venir des pierres de lave d’Auvergne alors que la région regorge de roches volcaniques !!! Tollé général chez les habitants du Puy 😂

C’est étonnant toutes ces histoires, et assez déconcertant. L’Eglise dans tout ce qu’elle a de politique et de volonté de « construire » à sa manière : on crée un sanctuaire et on dit aux gens ce qu’ils doivent croire, seuls les hommes d’Eglise peuvent ouvrir une bible et la commenter.

Et les béates ont été fondées ici, en vue de contrer la Réforme protestante, afin d’instruire des jeunes filles capables d’enseigner à lire et à écrire au peuple -à faire de la dentelle aussi !- afin que les catholiques soient aussi érudits que les protestants et étudient la bible dans la bonne version plutôt que sous le manteau…

Il a aussi parlé d’autres réformes d’Eglise mises en jeu pour contrer les doutes et l’image dégradée de l’Eglise après la folie des Borgia.

Vraiment ce lieu me déroute (si j’ose dire 😉) et je ne sais quoi en penser.

De plus il n’y a pas de liturgie des heures comme dans les autres sanctuaires que j’ai visités, ni comme au Sacré Coeur de Montmartre. Et Marie est cachée sous sa robe en tissu précieux, avec juste la tête de Jésus qui dépasse. J’avoue avoir un peu de mal, mais bon…je dois laisser tomber mes préjugés et être ouverte à ce que ce lieu veut m’apprendre 🤗

J’avais choisi Paray à cause des chemins de Compostelle et finalement c’est l’impression que me donne cette ville : l’envie de partir sur la route pour y rencontrer Dieu en vérité, dans le coeur à coeur, et y rencontrer d’autres en recherche ou en route eux aussi.

Je me suis faite la réflexion que je n’ai pas rencontré de personnes venues ici pour un motif spirituel ou catholique. Uniquement des touristes ou des marcheurs…et les habitants du Puy.

Évidemment l’auberge de jeunesse n’est pas une hôtellerie de sanctuaire ni une chambre d’hôtes accueillante avec jardin 😅

Bâtiments en béton, douches de camping, chambre à 4 lits…

Mais j’y ai rencontré des filles sympas. Et ce soir j’ai trois voisines de lits déchaînées, un peu plus âgées que moi, venues voir les illuminations du Puy (cathédrale et église St Michel). Nous avons mangé ensemble et elles ne sont pas tristes…j’ai bien ri 😂

Je crains un peu leur retour dans la chambre 🤪

Pour finir sur une note positive, j’ai réalisé en rentrant des illuminations que je suis aussi allées voir, et qui relataient l’histoire et la construction de la cathédrale et du rocher sur lequel est bâti l’église St Michel, que ce voyage me confirme qu’elle Église j’ai envie de continuer à (re)construire. Non pas une Église de façade, qu’on illumine pour faire joli, mais une Église qui jaillit de l’intérieur du coeur, à l’image de cette ville du Puy, issue d’un volcan de lave, lave bouillante qui a traversé et est retombée dans une eau à 10 degré, favorisant la formation de ces 2 monticules entourés de particules de laves explosées en milles morceaux. Une Église qui jaillit de l’intérieur et se construit à partir du coeur, à l’image de cet escalier monumental (et interminable 😅) qui nous fait entrer dans la cathédrale par le dessous, comme si on entrait par son ventre ou son nombril, et donne l’impression que tout l’édifice part de là (alors qu’il n’en est rien !)

Demain je serai dans une démarche plus priante et peut-être que mon impression de cette ville et de ce haut lieu du catholicisme sera différente…

En tout cas j’ai mieux appris et compris sur quelle route j’ai envie de marcher et comment.

Même si avant d’aller voir les illuminations je me sentais comme les disciples d’Emmaus rentrant chez eux dépités par la mort de Jésus alors qu’ils étaient persuadés qu’Il était le messie venu rétablir l’ordre et la paix en Israël, et repousser l’occupant romain…

Bon dimanche à tous

À demain pour la presque fin de mon périple 😢🤗

Elisabeth Cécile

Ps. Je me sens plus au clair vis à vis de ma vie d’Eglise, mais pas encore concernant ma vie personnelle et mon travail…

Mais bon, il reste encore deux jours 🙏🏼😅

Par défaut