Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

De la délicatesse de l’amour de soi

De l’Amour qui se tisse en étoffe joyeuse, souple et soyeuse, précieuse et lumineuse, de Soi à soi, de toi à moi, de moi à toi, de Lui à nous, de nous à Lui, de nous à nous… à tire-d’Elle peut-être ?!

Quand j’ai écrit ce texte, je ne me parlais pas à moi-même, et puis je me suis souvenue que ce que je pense de l’autre et ressens pour lui -ou pour elle- parle d’abord de moi, de ce que je pense de moi et ressens pour moi.

Et tout d’un coup le chemin pour m’aimer et prendre soin de moi s’est ouvert vers mon intérieur, et j’ai compris que l’amour que je cherchais à donner et à recevoir auprès d’un autre (ou des autres), c’était à moi qu’il s’adressait.

C’est apparu comme une évidence, et c’est drôle comme finalement on a vraiment besoin du miroir de l’autre pour se (re)connaître et (ré)apprendre à aimer : soi, le monde entier et le divin en soi, et en tout ce qui existe.

Il est des choses que tu comprends intellectuellement, mais que tu ne touches pas encore du doigt, et que tu cherches inlassablement.

Et puis un jour tu les trouves et tu les touches et tu les ressens du dedans, dans ton corps et ton être. Alors tout change, tout bascule !

Peut-être juste pour un instant, mais ça y est, la brèche est ouverte, le chemin est tracé et si tu as réussi à traverser une fois ce mur vers toi, il n’y a aucune raison de ne pas y arriver une seconde fois, et encore une autre ; autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que ton mur de protection se déchire et s’effondre, comme le voile du temple ou les remparts de Jericho.

C’est l’intime de moi que je vous livre ici, et c’est un peu intimidant. Mais je veux croire que nous sommes fait du même pain, et que ce que j’écris peut résonner en vous comme un petit levain et vous aider à épanouir votre propre morceau de pâte humaine.

Je ne sais comment vous raconter ce bout du chemin de l’amour de soi que j’ai touché du coeur, de manière encore inédite pour moi, en ce jour où l’Eglise catholique fête le Sacré-Coeur de Jésus, ce Coeur qui a tant aimé le monde et l’aime encore, ce Coeur qui donne sa vie pour lui et lui redonne vie. Ce Coeur qui est le coeur même de tout sacerdoce et qui fait de l’humanité un Coeur (et un choeur, un corps aussi) de prêtres, de prophètes, de rois ; de prêtresses, de prophétesses et de reines.

Ce Coeur qui n’est qu’Amour et ne demande qu’à se déverser dans tous les autres cœurs, passés, présents et futurs de toute notre humanité, ce Coeur qui est Vie, qui est Joie et qui est Paix…

Je vous invite, si vous le souhaitez et si cela vous parle, à remplacer mon prénom par votre prénom à vous, comme pour un dialogue de vous à vous-même, et du plus grand que vous à vous. Mais vous pouvez juste le lire comme une histoire qui ne concerne que moi…c’est votre libre choix et j’ai confiance que vous ferez celui qui est bon pour vous.

Dialogues intérieurs :

De la femme adulte à l’enfant intérieur,

Entre mon féminin et mon masculin intérieur,

Du divin en moi à l’humain en moi.

« – J’ai parfois l’impression d’être dans le petit prince avec toi, et qu’il me faille apprivoiser ton coeur …

– Faut-il qu’on t’ait fait du mal pour que j’ai l’impression d’une forteresse bâtie tout autour de lui ?

– J’en ai le coeur tout bouleversé de compassion, d’amour et de tendresse, même si je me sens dans le même temps totalement démuni(e) pour m’approcher de toi, de peur de te faire fuir au moindre faux pas ou de te voir te refermer comme un coquillage.

– Je me trompe peut-être, mais je ressens cette faille profonde en toi, et tous ces camouflages que tu mets dessus pour la protéger.

– Je voudrais pouvoir te montrer que je suis capable de t’aimer jusque là, jusque dans la blessure de ton coeur -et aussi celle de ton corps-, jusque dans cette jointure qui souffre le martyre…

– Je sais que c’est ainsi que Jésus-Christ m’aime et t’aime, et qu’il nous invite à goûter cet amour, en nous rejoignant dans l’intime de ce qui est le plus blessé et souffrant en nous, parfois tellement enkysté et purulent, et qui nous paraît effrayant et sale…

– Mais Lui il vient jusque là, au plus vilain et au plus noir de ce que nous sommes, pour y apporter la guérison, pour laver et purifier nos plaies de son eau pure et de Sa Vie !

– Tout ce qu’il touche en nous se transforme, par Amour, dans l’Amour et pour l’Amour.

– Je t’aime tellement Elisabeth…

– Je voudrais pouvoir te rejoindre, là où c’est si douloureux en toi, et être uni(e) au Christ quand il pose son baume d’amour et de tendresse sur toi et sur tes blessures.

– C’est tellement profond ce que je ressens pour toi Elisabeth !

– Profond et précis comme une pointe de compas sur une carte du monde, et donc infiniment petit… Et dans le même temps, immense comme l’infini du ciel et toute sa voûte étoilée !

– L’amour que tu suscites en moi, et que Dieu suscite en moi pour toi, fait chanter tout mon coeur, toute mon âme et tout mon corps !

– C’est comme cela que je t’aime Elisabeth, et je me sens infiniment petit(e) devant toi, devant l’infini de ta personne, sa beauté et sa grandeur. Car je ressens au fond de moi cette beauté et cette grandeur originelle que toi et moi sommes invités à retrouver au travers de nos chemins d’ici-bas, qui nous mènent vers le Ciel et le bonheur éternel…

– Je n’ai pas assez de mots pour exprimer comment je t’aime Elisabeth, combien tu as du prix à mes yeux, combien je désire te respecter dans ton être tout entier, et combien je désire t’aimer de la plus belle et de la plus aimante manière qui soit, pour glorifier Dieu en toi et en moi, et pour glorifier Dieu en lui-même !

– Je voudrais me faire tourterelle ou colombe et me blottir contre toi, me cacher dans la faille de ton coeur pour t’y aimer, te porter et te plonger dans l’océan d’immensité de l’Amour.

– C’est tout cela que je voudrais te donner Elisabeth, si j’étais le mari ou la femme de ton coeur, l’époux ou l’épouse de ton âme… si j’étais l’amant(e) de ton coeur…

– Ô mon amour… puisse mon amour te rejoindre et s’unir au tien, à toi, à tout ton être et à tout Dieu qui nous traverse…

– Je t’aime d’amour Elisabeth

– Je n’ai aucun pouvoir de faire que tu m’aimes. Je suis pauvre et désarmé(e)…

– Démuni(e)…

– Soumis(e) à ton bon vouloir…

– Soumis(e) à ton amour comme à ta cruauté

– Tout comme Jésus l’est devant nous et devant chacun de nos cœurs

– Ô mon amour … !

– Je te garde en moi comme le trésor le plus précieux de ma vie et je veux m’offrir et m’ouvrir totalement, pour recevoir en mon sein, en ma vie, en mon corps, en mon âme, cette vie qui te traverse et que tu déverses en moi quand tu m’aimes, quand tu m’ouvres la porte du jardin de ton coeur, et que tu n’as plus peur de moi…

– Ô Elisabeth, je t’aime comme un feu brûlant, plus fort que la mort !

– Je n’ai que cela à t’offrir, et je sais que tu peux ne pas l’accueillir, ne pas le vouloir ne pas le désirer… Je le sais et ce n’est pas grave !

– « C’est l’amour que j’ai pour toi qui compte! »… et c’est ce que Jésus nous dirait s’il était là devant nous, en chair et en os.

– C’est le cadeau de mon coeur pour toi Elisabeth : je t’aime et je désire tant ta guérison, que tu brilles comme un diamant au soleil, pur et précieux devant Dieu, nu(e) au dehors et vêtu(e) de Lui en dedans 💍✨

– Sois béni mon amour ♥️

– Dans tout ton être 🙏🏼 »

Elisabeth, Cécile

Par défaut
Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique, Uncategorized

ÉLIVOIX : pour célébrer ou accompagner vos événements de vie 🎵🎶

Comme vous le savez (ou ne le savez peut-être pas !) j’ai créé ce blog « Dans les pas de Jésus-Christ » pour témoigner de, et exprimer à tous et toutes, l’appel au sacerdoce ministériel (= l’appel à être prêtre) que j’ai ressenti très fortement il y a 6 ans, une nuit de mai 2013, et qui a germé jusqu’à ce 22 juillet 2018 où j’ai fait part officiellement de ma candidature à ce sacerdoce ministériel, dans une lettre ouverte à l’Eglise catholique, aux hommes évêques et prêtres de l’Eglise catholique pour être plus précise. Car c’est la procédure, on ne choisit pas d’être prêtre, on est appelé de double manière : et par Dieu dans un appel intérieur (avec tout ce que cela peut comporter de désir personnel, d’orgueil ou de fuite d’autre chose), et par un appel de l’Eglise institution (qui est là pour éprouver la réalité et la vérité de cet appel divin ressenti par une personne)

Bon ça c’est la théorie, car on sait qu’en pratique (et il suffit de creuser un peu l’histoire) les vocations à la prêtrise et les candidatures acceptées répondaient (et répondent encore) à des critères très humains. Et l’appel de Dieu avait parfois bon dos à une certaine époque !!!

Toujours est-il que ma candidature n’a même pas été examinée vu que je suis une femme. Le magistère de l’Eglise a toujours décrété (enfin toujours on ne le sait pas avec certitude, il existerait des fresques antiques représentant des femmes évêques) qu’une femme ne peut agir « au nom du Christ tête ». Elle ne pourrait avoir ce « pouvoir ». Ce qui en réalité me fait sourire, car dans les faits, c’est surtout le Christ qui agit au travers des gestes et des paroles du prêtre, bien plus que le prêtre qui agit au nom du Christ ! Et décréter que Dieu ne pourrait agir au travers des gestes et paroles d’une femme, surtout pour un acte aussi grand que celui de se rendre présent au milieu de nous (alors qu’une femme a la capacité de donner la vie) me parait absurde. Surtout quand on pense qu’une femme seule ou qu’un homme seul ne peuvent engendrer la vie l’un sans l’autre. Et ils sont nombreux mes frères et sœurs catholiques à descendre dans la rue pour l’exprimer et le défendre !

Mais lorsqu’il s’agit de la vie divine de Jésus-Christ qui prend corps à l’autel (c’est ce que les catholiques croient qu’il se vit au moment de la prière de consécration), le masculin seul suffit. Exit la femme…et même, on la tient très à distance et loin du choeur (et du coeur ?) !!! Pourtant Dieu a humblement choisi de s’incarner sur terre dans le ventre d’une femme, et au moment de son sacrifice suprême sur la croix, deux femmes au moins étaient présentes, et non des moindre : Marie la propre mère biologique de Jésus-Christ et mère spirituelle de tout le genre humain ; et Marie-Madeleine à qui il serait apparu en premier le jour de la résurrection (selon le récit évangélique), avant même d’apparaître aux apôtres (que le magistère de l’Eglise considère comme les premiers représentants du Christ Prêtre)

Je ne vois aucune exclusion des femmes dans la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Hors c’est cet événement majeur de notre foi catholique dont nous faisons mémoire à l’autel pendant la messe. Et pourtant les femmes en sont exclues… définitivement aux dires de ces messieurs du haut-clergé. Et le secrétaire des évêques de France m’a répondu qu’il n’appartenait pas à la conférence des évêques de France de débattre sur le sujet. Vous trouverez sa lettre dans un des articles de ce blog. Don’t act.

Alors que faire ? Partir en croisade pour essayer de changer l’autre ? Passer sa vie à lutter, en colère et amère, dans la rébellion permanente ? Se soumettre en niant ce qui m’habite ou en l’étouffant sous le boisseau ? Partir d’une Église qui ne me parait plus correspondre à ce que je comprends et connais de Dieu (et qu’elle m’a elle-même en grande partie enseignée !) Tous ces stades et toutes ces réponses je les ai traversées et expérimentées depuis que, cet appel à mettre mes pas dans les pas de Jésus-Christ jusque dans le ministère sacerdotal m’a traversée, et continue de croître et d’évoluer en moi.

Alors j’ai décidé de lâcher prise, non pas que je ne ressente plus cet appel ni que je n’y crois plus, mais je ne peux changer l’Eglise à moi toute seule, et le risque serait de m’accrocher à mon désir propre, à ma conception propre (et à celle donnée par l’institution) de ce que serait le prêtre. Hors Jésus-Christ est le grand-prêtre d’une Alliance Nouvelle, et qui nous dit que c’est Lui seul qui devient l’intermédiaire entre Dieu et les hommes, et que les prêtres à la manière de l’Ancienne Alliance n’ont plus lieu d’être.

Hors, si je regarde bien le fonctionnement du clergé et le statut des ministres ordonnés, force est de constater que le modèle mis en œuvre au fil du temps ressemble étrangement au sacerdoce de l’Ancienne Alliance, et qu’on pourrait même dire que ç’en est la copie conforme… Est-ce à cela que je me sens appelée ? Je ne crois pas.

Alors je choisis d’avancer sur mon chemin d’humanité, je continue de me nourrir des sacrements de l’Eglise, à mon rythme, car c’est un lieu de ressourcement où Dieu se donne à moi de manière particulière (et cependant non exhaustive). Mais je ne cautionne plus activement le système comme j’ai pu le faire auparavant (tout en me rebellant contre lui et en le questionnant !)

Je me nourris aussi (enfin avec des hauts et des bas, des appétits plus ou moins grands rassurez-vous 😉) de la lecture régulière de l’Evangile et des textes du jour, de prière personnelle ; de vie incarnée aussi, dans le travail de mes mains, dans la beauté de la création et du moment présent, si simple et anodin semble-t-il, si profane semble-t-il. Car en réalité tout est sacré, tout est habité par le divin ; car Dieu est la vie, le mouvement, l’être et l’agir de toute chose créée, comme St Paul me l’a fait comprendre.

Cependant il me manquait le sacrement de l’autre, l’autre qui me dit Dieu et à qui je dis Dieu moi aussi. La rencontre et l’échange avec cet autre, visible et incarné, différent de moi, sans lequel je ne peux prétendre aimer Dieu ni le connaître en profondeur, lui que je ne vois pas de manière visible, et que je pourrais facilement transformer en idole lointaine si l’autre ne venait pas m’interpeler dans la réalité de sa nudité, de sa faim, de sa soif et de ses emprisonnements.

Alors, comme le chemin de ma vie familiale et conjugale fait que je me retrouve à vivre seule, que mon état de santé ne me permet pas d’exercer en ce moment mon métier -et donc de rencontrer l’humanité de l’autre dans sa beauté et de l’accompagner dans sa fragilité- je choisis une autre voie (voix) : celle du chant et de la présence à l’autre pour accompagner des moments marquants de sa vie. Car je suis encore capable d’être là et de chanter. C’est une vibration qui me fait vibrer et vivre moi d’abord, en plus de rejoindre l’autre (enfin c’est ce que j’espère et ce à quoi je travaille !).

Ce sera ma manière à moi, pour le moment, de répondre à cet appel à marcher dans les pas de Jésus-Christ, lui qui est Le Verbe de Dieu, Sa Voix (Voie) et Son Chemin, Le chemin. Lui qui veut se faire toujours plus Présence dans nos vies, une Présence Réelle…. Puisse ma petite entreprise ÉLIVOIX être témoin de cette Voix (Voie) de Dieu qui me traverse et résonne en moi ☺️💫🎵🎶

Elisabeth Cécile

Pour en savoir plus sur ma nouvelle activité : www.elivoix.com

Par défaut
Développement personnel

Se laisser transformer pour mieux regarder

« Nous avons à laisser la semence de la grâce pousser en nous pour que notre regard, notre intelligence, notre imagination, notre corps, notre affectivité soient transformés. Nous avons, peu à peu, à apprendre à regarder les autres comme Dieu les regarde. » J.V
« Apprendre à regarder les autres comme Dieu les regarde… » merci Jean Vanier de me rappeler cet essentiel sur lequel j’ai toujours choisi de m’appuyer, mais duquel je m’échappe parfois, surtout quand ces autres appuient sur mes blessures et réveillent tout ce qu’il y a de plus douloureux en moi. Et je me rends compte alors de tout ce qui doit se transformer en moi, dans mon intelligence, dans mon imagination, dans mon corps et dans mon affectivité, et aussi combien je résiste à la grâce car j’ai peur de me perdre, de perdre mon identité en me laissant transformer.
Et c’est là le paradoxe puisqu’au contraire ces transformations auxquelles je suis invitée n’ont d’autre but que de m’emmener vers mon moi véritable !
Il n’est pas si facile de laisser la semence de la grâce se déployer en nous, parce qu’une partie de nous qui n’est pas notre moi véritable mais un moi préfabriqué comme dit mon ami Maurice Zundel, refuse de se laisser émonder et de mourir.
Je me rends compte que c’est ce que vit l’Eglise catholique en s’accrochant de toutes ces forces à des branches que la grâce voudrait transformer.
Mais comment pourrais-je reprocher à l’autre ce que je ne suis pas capable d’accepter et de vivre pour moi-même ? Il y a un tel orgueil en moi à me cramponner à des branches mortes… même si en réalité ce n’est pas de l’orgueil, c’est de la peur, une immense frayeur. Et je me rappelle alors mon professeur d’addictologie qui raconte que les pompiers qui sauvent des gens de la noyade sont souvent obligés de les récupérer accrochés au bout de bois qui leur a sauvé la vie et qu’ils sont incapables de lâcher pour attraper la main qui vient leur prêter secours. Et c’est ce que font aussi mes patients quand ils s’accrochent à leur bouteille, leur joint ou leur cigarette. Et je les accueille cramponnés à leur drôle de bouée de sauvetage.
C’est cela que je dois apprendre à vivre pour moi et dans mon rapport à tous ceux dont je déplore les comportements qui me paraissent absurdes et inadaptés.
Merci Jean Vanier 🙏🏼

Elisabeth Cécile


Nb. Je suis sure que le rappel de cette publication Facebook d’il y a deux ans n’est pas un hasard mais un petit clin d’œil du Ciel 😉❤️

Par défaut
Développement personnel

Les « leçons » de la vie

Quand je me suis mariée, en septembre 1994, mon mari et moi avions choisi une lecture de l’ancien testament qui avait interpelée et fait dire à beaucoup que nous étions courageux (voire gonflés!) d’avoir pris ce texte, et à une autre, qu’il était impossible que nous divorcions un jour (vu la teneur de notre messe de mariage et tout le coeur que nous y avions mis).

Pourtant, pile 25 ans après, nous voici en train de nous séparer et de divorcer…

Et la photo que tu as publiée sur cette page Janie, avec ce texte « on s’est connu par deux raisons essentielles : t’es une leçon ou t’es une bénédiction » m’évoque cette lecture du chapitre 28 du Deutéronome que nous avions choisie, où Moïse après la sortie d’Egypte évoque les bénédictions et malédictions promises selon que le peuple respectera ou non le commandement de Dieu.

Nous avions voulu rapporter toutes ces bénédictions au texte d’évangile de Jean dans le chapitre 15 « Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Voici donc ce qui avait été proclamé le jour de mon mariage, et l’esprit de ce texte des bénédictions a toujours été une ressource où venir puiser dans les moments de doutes ou les périodes douloureuses :

« Si tu écoutes attentivement la voix du Seigneur ton Dieu, si tu veilles à mettre en pratique tous ses commandements que moi je te donne aujourd’hui, alors le Seigneur ton Dieu te placera plus haut que toutes les nations de la terre.

Toutes les bénédictions que voici viendront sur toi et t’atteindront, parce que tu auras écouté la voix du Seigneur ton Dieu :

Béni seras-tu dans la ville ! Béni seras-tu dans les champs !

Bénis seront le fruit de tes entrailles, de ton sol, de ton bétail, tes vaches pleines et tes brebis mères.

Bénis seront ton panier et ta huche à pain !

Béni seras-tu quand tu entreras ! Béni seras-tu quand tu sortiras !

Des ennemis qui se dresseront contre toi, le Seigneur fera des vaincus devant toi : par un seul chemin, ils sortiront à ta rencontre ; par sept chemins, ils fuiront devant toi.

Le Seigneur ordonnera que la bénédiction soit avec toi, dans tes greniers et en toutes tes entreprises, et il te bénira dans le pays que le Seigneur ton Dieu te donne.

Le Seigneur t’établira pour lui peuple consacré, comme il te l’a juré, car tu garderas les commandements du Seigneur ton Dieu et tu suivras ses chemins ; tous les peuples de la terre verront que le nom du Seigneur est proclamé sur toi, et ils auront peur de toi.

Le Seigneur te comblera de biens en surabondance : il fera fructifier ta famille, ton bétail et ton sol sur la terre qu’il a juré à tes pères de te donner.

Le Seigneur ouvrira pour toi son beau trésor, le ciel pour donner la pluie à ton pays au temps favorable et bénir ainsi toute œuvre de ta main. Tu prêteras à beaucoup de nations, et toi, tu n’emprunteras pas.

Le Seigneur te mettra à la tête, et non pas en queue ; tu ne feras que monter, tu ne descendras pas, si tu écoutes les commandements du Seigneur ton Dieu que je te donne aujourd’hui à garder et à mettre en pratique. »

Nous n’avions pas lu les malédictions, et j’avoue que j’avais un peu de mal avec cette seconde partie… parce que pour moi Dieu ne peut désirer que notre bien et notre bonheur !

Je comprends aujourd’hui que cette notion de malédiction n’est autre que celle de la leçon et de l’apprentissage, et qu’après 25 années de bénédiction d’une chouette vie de famille avec nos trois enfants (devenus grands maintenant et quittant le nid familial), voici le temps des leçons (et c’est comme une nouvelle jeunesse finalement 😉) et de nouveaux apprentissages.

Par curiosité je viens de chercher l’étymologie de ce mot un peu violent qu’est malédiction. Et là, ô surprise : « Malédiction a été refait postérieurement sur le latin ; l’ancienne forme est maleïçon » !!!

Pour ceux que cela intéresse, voici les leçons que nous avons à apprendre et bien souvent à « décrypter » pour nous permettre de revenir vers plus d’amour quand nous nous écartons de cette voie 🤗 : 

https://www.aelf.org/bible/Dt/28

« Le Seigneur te frappera des furoncles d’Égypte, d’abcès, de gale, de pustules, et rien ne pourra t’en guérir.

Le Seigneur te frappera de démence, de cécité et d’égarement d’esprit.

En plein midi, tu iras tâtonnant comme tâtonne un aveugle dans les ténèbres, tu ne réussiras pas à trouver ta route ; chaque jour tu ne seras qu’exploité, spolié… et personne pour te sauver !

La fiancée que tu as choisie, un autre la possédera ; la maison que tu as construite, tu ne l’habiteras pas ; la vigne que tu as plantée, tu n’en profiteras pas.

Ton bœuf sera abattu sous tes yeux, et tu n’en mangeras pas ; ton âne te sera enlevé, et il ne te reviendra pas ; tes brebis seront livrées à tes ennemis… et personne pour te sauver.

Tes fils et tes filles seront livrés à un autre peuple ; tes yeux se consumeront à les guetter chaque jour, et tu ne pourras rien faire.

Le fruit de ton sol et le produit de ton travail, un peuple que tu ne connais pas les mangera : chaque jour, tu ne seras qu’exploité, maltraité.

Au spectacle que tu auras sous les yeux, tu deviendras fou ! »

Je trouve ce texte des malédictions extrêmement rude (et d’ailleurs je vous partage un extrait plutôt soft 😅) et j’avoue qu’il peut faire peur ou révolter ; mais en le lisant, j’y reconnais tout ce que nous pouvons traverser les uns et les autres de difficile dans notre vie, tout ce que nous portons du poids du passé transgénérationnel, la crise du milieu de vie, etc.

Et c’est vraiment ainsi que j’ai envie de regarder la vie désormais, non plus en terme de bonheur ou de malheur, de bénédictions et malédictions, mais de bénédictions et de leçons. Ce qui revient à dire au final que « tout est bénédiction », et contribue à notre bien, à notre croissance et à notre épanouissement !

Alors je choisis avec courage d’attraper ces leçons à pleines brassées, de les tenir à bras le corps, pour en tirer tout le bénéfice possible 🤗

Merci Janie Duquette pour cette petite photo qui aujourd’hui change mon regard et m’ouvre de nouveaux horizons 😘

Elisabeth Cécile

Nb. En réponse à mon amie Janie Duquette, créatrice de l’Académie du Pouvoir Féminin, auteur du livre Les 7 clefs du leadership féminin et de Faire une femme de soi.

Par défaut
Développement personnel

L’amour d’un père

Me voici à nouveau parmi vous après un long silence, et pour causes… Deux événements notables sont survenus, tel un tsunami dans ma vie !

Mon mari a choisi de quitter la maison le 2 janvier dernier pour habiter seul et prendre du recul, pour un mois plus tard m’annoncer que cette séparation était définitive et que tout était fini entre nous.

Au final c’est moi qui ai déménagé depuis quelques jours dans une nouvelle demeure, lui laissant avant qu’elle soit vendue, notre maison commune, où nos trois enfants, tous jeunes adultes, ont encore leurs marques et leurs chambres, mêmes s’ils sont les uns et les autres en train de quitter le nid, pour s’extraire du cocon familial et déployer leurs propres ailes afin de s’envoler vers leurs propres horizons de leurs vies.

Mais là n’est pas le propos de mon article, et je ne m’étendrai pas plus sur ce sujet, encore trop récent et difficile pour moi.

Ce que j’ai à cœur de vous partager c’est qu’au milieu de tous ces bouleversements intérieurs et extérieurs, plutôt bien douloureux pour mon coeur et mon ego blesssés, je vis aussi de très belles choses et reçois de magnifiques cadeaux.

Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir dans la vie, et je le découvre de plus en plus. Tout est équilibre et perfection, et chaque événement -quelle que soit sa teneur parfois catastrophique et incompréhensible, révoltante même- comporte quelque part en lui une source de bonheur et d’enrichissement, de progression vers plus de foi (confiance) et d’humanité, vers plus d’amour, et vers une meilleure version de soi et du monde autour de soi.

Évidemment, comme le souligne David Laroche -dont je suis le parcours en ligne « Entrainé pour réussir », qui soit dit en passant est un merveilleux cadeau dans ma vie, surtout en cette période houleuse que je traverse- l’aspect positif d’une situation n’est pas forcément évident, et il faut s’entrainer à élargir son regard dans le temps et l’espace pour en trouver le (et bien souvent les) cadeau(x) caché(s), que ce soit dans l’instant présent, mais aussi dans la durée.

Tout ce qu’il nous est donné de vivre, et qui parfois paraît un cadeau empoisonné, contribue à qui nous sommes et à qui nous devenons. Et de toute situation un bien peut sortir.

Évidemment on ne souhaite pas la situation douloureuse et elle n’est certainement pas à rechercher, voire à s’infliger ou à infliger à d’autres, mais la vie se charge de nous offrir son lot de tourments et d’injustices. Et bizarrement, comme tout est équilibre des forces, toute tristesse amène sa joie, et toute déchirure amène sa consolation.

C’est cette consolation et ce réconfort du cœur que j’ai envie de vous partager aujourd’hui.

Vous ne le savez peut-être pas, mais j’ai un père (si si je vous assure !) et qui plus est, un papa formidable (et je le découvre à nouveau après en avoir un peu douté!).

L’histoire entre lui et moi n’est pas simple, mais quelle relation parent-enfant l’est ?

Nous avons chacun notre passé et notre sensibilité, et nous partageons en commun de nombreuses choses (les chiens ne font pas des chats comme je l’ai toujours entendu dire 😉), notamment ce sentiment d’indignité à être et cette difficulté à se sentir légitime.

Un jour mon père m’a exprimé qu’il s’est toujours senti un père indigne et démissionnaire, et d’ailleurs il ne signait jamais ses lettres avec « papa », mais écrivait son prénom ou son surnom à la fin de tous les courriers ou messages qu’il m’envoyait. Jusqu’à ce que je lui dise qu’il était mon père et que j’avais besoin qu’il me le montre de manière tangible en signant « papa ». Ce qu’il ne manque jamais de faire depuis.

Pourtant, j’ai toujours eu du mal à me sentir aimée de lui, en particulier depuis cet évènement incompréhensible, inexplicable et très difficile à accepter (pour moi comme pour lui évidemment), que fut la mort brutale de ma mère à l’âge de 36 ans, l’année de mes onze ans.

Un traumatisme dans nos vies, qui fut long et douloureux à accueillir puis à accepter (mais peut-on jamais l’accepter totalement ? C’est un chemin qui n’a pas de fin quelque part), et que nous avons traversé tant bien que mal, chacun avec nos limites et nos possibles.

En tant qu’adolescente et même en tant qu’adulte, j’ai eu du mal à me détacher de mon papa, dont je ressentais la souffrance intérieure, en lien avec une enfance difficile et un veuvage précoce, tellement injuste et douloureux.

Et j’ai aussi je crois, rendu impossible son remariage (même si au final c’est son choix et sa responsabilité), tant j’ai souffert de la mort de ma mère, et qu’il était inconcevable pour moi de la « remplacer » par qui que ce soit, tant par une mère sur terre que par une mère au ciel. Je ne supportais pas qu’on me dise que si ma mère de la terre n’était plus là je pouvais choisir la Sainte Vierge pour Mère (et d’ailleurs cette dernière est à mon coeur, d’abord une sœur et une amie, ma sœur en humanité, avant que d’être ma mère, même si elle l’est devenue aussi par la suite).

Comme je viens de le dire, j’ai toujours eu de la difficulté à prendre de la distance vis à vis de mon père, notamment au travers de la nécessaire colère (et de tous les griefs qu’on y associe), pour se détacher et se différencier de ses parents, afin de devenir l’être unique et adulte, et donc capable d’autonomie, que nous sommes tous et toutes invités à être.

Comment être en colère contre un père qui souffre d’avoir perdu sa femme, et qui plus est, perd ses deux parents l’un après l’autre dans les cinq ans qui ont suivis…?

C’était beaucoup de culpabilité pour moi de regarder mon papa de manière objective, en accueillant ses défauts autant que ses qualités. Il me semblait injuste de regarder ses limites et ses failles, et de les lui renvoyer, même si elles me faisaient souffrir et semblaient me porter préjudice (parce qu’en réalité elles sont aussi la raison de qui je suis aujourd’hui, et ont contribué à me faire croître en courage et en combativité, en autonomie aussi)

J’ai toujours ressenti ce rôle inversé en moi, où il me fallait être le parent de mon père, et où je m’interdisais d’être une fille en colère. Et pourtant Dieu sait qu’elle me traversait la colère, une bouillonnante colère même, dont certains ont fait les frais, moi la première en réalité.

Mais être en colère contre mon père ou en désaccord profond avec lui…hou là là, impossible !!!

J’avais trop l’impression de ne plus l’aimer et de lui rajouter une souffrance supplémentaire, et je finissais par porter moi cette souffrance que je refusais de lui infliger.

Mais j’ai compris avec le temps et au travers de mes différentes expériences de vie, qu’on ne peut épargner à l’autre tout désagrément, ni le protéger de toute souffrance. L’important étant de faire (et de vivre) ce qui est nécessaire à notre propre croissance (et qui contribue autant à la mienne autant qu’à la sienne). Je le réalise jour après jour, au travers de mes enfants, en étant parent moi-même -ou plutôt en le devenant grâce à eux, au fil de leur croissance dirais-je.

Pour faire court (lol!), je dirais qu’une de mes blessures (qui a aussi contribuée à développer une certaine force en moi), est que mon père s’est plus rapproché et occupé de mon frère (de deux ans et demi plus jeune que moi, et qui avait donc 9 ans au décès de notre maman), et qu’il m’a avoué un jour, que comme moi j’avais la foi, il pensait que je souffrais moins de la mort de ma mère que mon frère, et que j’avais donc moins besoin de son soutien et de sa présence.

Là aussi, pas simple quand on aime son frère et son père, de ne pas ressentir de culpabilité à se sentir jalouse et en colère d’une attention dont on est privée, sans en comprendre la raison, avec évidemment l’interprétation que « si je suis moins aimée dans les actes je suis moins aimée tout court, et que si je suis moins aimée (voire pas véritablement), c’est que je ne le vaux pas et que je ne le mérite pas … »

Et là la boucle est bouclée, et comme mon papa je me sens indigne et illégitime !

Voyez le contexte de ma vie, et toutes les croyances avec lesquelles je me suis construite, certaines étant un véritable handicap, et ayant peut-être (sûrement) contribuées aux difficultés de ma vie de couple et à cette séparation qui se dirige actuellement vers un divorce.

Mais voilà, au travers de cette séparation douloureuse, je découvre et redécouvre l’amour de mon père, et l’après-midi que j’ai passé hier avec lui en a été un magnifique témoignage.

Tout d’abord, lundi dernier il est venu m’aider à déménager, et n’a pas eu peur de monter et descendre les escaliers en portant moults cartons avec un diable (je me demande bien pourquoi un outil si utile et précieux s’appelle ainsi 😉). Et ce malgré des ennuis cardiaques récents ayant conduit à une dilatation artérielle avec stents. Évidemment je ne l’aurais pas laissé prendre des risques inutiles, et le médecin que je suis savais que son coeur ne risquait rien, et que cet exercice de rééducation était même peut-être bienvenu !(🥴). Mais j’ai été touchée par son investissement à m’aider à déménager, ce d’autant que nous n’étions que 3 dans l’affaire pour mes nombreuses affaires !!!

Et là j’ai commencé à prendre conscience de manière tangible que j’avais du prix aux yeux de mon papa, et à me sentir aimée de lui.

Mais la plus grosse prise de conscience, (associée à une immense gratitude) s’est faite ce lundi 1er avril. Et concernant mon papa qui est féru de pêche, voire complètement mordu (!) la date est symbolique. Et ce n’est pas un poisson d’avril que j’ai reçu, mais une vraie démonstration d’amour parental et une vraie joie d’un défi commun partagé entre un père et sa fille 😍.

Pour améliorer ma nouvelle maison (pourtant déjà très au top !), j’ai acheté un buffet de cuisine, et comme vous vous en doutez, j’ai demandé à mon papa -qui me propose sans cesse son aide et son soutien en ce moment-, de venir m’aider à le chercher au dépôt du magasin et à le monter.

J’avais déjà senti au téléphone sa joie cachée de venir m’aider à monter un meuble (nous connaissons tous les différents sketches de ce genre de moments épiques 😁), mais en le voyant arriver j’ai eu un coup au coeur et quelques scrupules à avoir fait appel à lui….

Ce d’autant que mon mari lui, a toujours été fan de légos et de notices improbables, et s’empresse toujours de monter les meubles avec un plaisir de gosse inégalé, et par force de l’expérience, avec beaucoup de talents et de compétences en la matière !

Alors quel contraste de voir mon père arriver en trainant la patte (pour de vrai, il boitait à cause d’un début de goutte, mais n’a pas voulu prendre d’antidouleur évidemment, têtu comme une mule !).

Et à peine arrivés à la maison, alors que je réglais un problème de cumulus avec mon propriétaire, ne voilà-t-il pas qu’il s’assoit dans le fauteuil après avoir monté les cartons, pas du tout motivé pour la suite, et qu’il me dit : « j’ai un coup de barre et une de ces envies de dormir… »

Et moi dans le même temps j’avais un œil sur la notice qui me disait : temps de montage = 3h pour 2 personnes 😩😩😩

Ce ne sont pas 3h que nous avons mis, mais quasiment 6 🥴🤪

Et sur la fin (vers la 5eme heure je dirais !) quand j’ai vu les portes des placards de guingois qui ne voulaient pas se fermer correctement malgré tous les régalages possibles et imaginables, j’avoue que j’ai eu un moment de découragement, ce d’autant que plusieurs fois pendant le montage, j’ai senti mon papa un peu à cran, très peu emballé et pas du tout optimiste, se plaignant de son dos à maintes reprises !

Seulement voilà, avec la ténacité (l’obstination dirais-je !), la patience et l’amour dont nous sommes capables lui et moi, nous avons réussi ce défi du montage de meuble 💪🏼, et ce défi de l’évitement du pétage de boulons et de la prise de bec 😅

Et en me réveillant au beau milieu de la nuit tout à l’heure, je me suis dis que j’avais tord de regretter le nombre d’euros mis dans ce meuble (alors que nous avons mascagné des heures et galéré comme des malades à le monter…), parce ce que ce j’ai découvert de l’amour de mon père pour moi, qui a surmonté ses douleurs et sa mauvaise humeur pendant tout ce temps à m’aider, n’a pas de prix !!!

Je suis très fière de ce que nous avons réussi ensemble, chacun contribuant par ses compétences propres (et par chance complémentaires !) à un super résultat final 🤩

 

Et je ne parle pas que du meuble, mais aussi de ce qui s’est construit et reconstruit entre nous, en moi, et qui me donne envie de vous dire, comme je le ressentais quand j’étais petite fille, avec les yeux brillants d’admiration et de gratitude : « le plus fort, c’est mon père !!!! »

« Je t’aime Papa ❤️ »

« Merci d’exister et d’être là, merci de m’aimer et de faire de moi une fille aimée, et de ce fait, une femme plus épanouie et mieux dans sa vie 😊 🥰 »

Elisabeth Cécile

 

 

Par défaut
Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Photos

Gratitude automnale ou grogne sociale ?!

Il y a des moments dans une vie plus faciles que d’autres, et en cette période où la lumière s’amenuise au fur et à mesure que nous nous avançons lentement et doucement vers l’hiver, je me sens plutôt triste et fatiguée, découragée et perdue, un peu désorientée.

Tant de choses qui faisaient sens pour moi (dans mon métier, ma vie de catholique et de citoyenne, dans ma famille) perdent leurs couleurs d’origine, se fissurent et se craquellent, et s’en vont une à une, balayées par le vent, comme les feuilles au vent d’automne. Et je me sens de plus en plus vulnérable de cette progressive mise à nue, même si le dépouillement se fait en douceur, bien différemment des tempêtes passées. Lire la suite

Par défaut
Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

Le Christ : Tête ou Coeur ? ou comment restaurer notre visage de l’intérieur ❤️😍

Je ne peux m’empêcher de croire que si l’apôtre Paul avait été une femme, dans son analogie de l’Eglise et du corps humain, il aurait parlé du Christ Coeur et non du Christ Tête ! Car si le cerveau est indispensable à la bonne marche du corps, sans la pompe du coeur qui ne cesse jamais de battre tant qu’on est vivant, le corps et en particulier les organes vitaux, ne sont plus irrigués ni vivifiés.

D’ailleurs c’est du Coeur Transpercé du Christ que jaillissent le sang et l’eau et que naît l’Eglise, et c’est dans Son Coeur que le Sacerdoce de tout prêtre prend sa source. Lire la suite

Par défaut