Addictologie

Novembre : nouveau mois, nouveau défi santé !!!

Ici en France c’est le « Moi(s) sans Tabac » (3ème édition seulement) et plusieurs se lancent dans l’aventure, aidé(e)s ou non par des collègues à moi.

Ne travaillant pas cette année, j’ai quand même envie de m’associer à l’aventure, histoire de booster l’affaire et de participer à cette belle énergie 💪🏼

Ne fumant pas (je ne peux avoir tous les vices, et puis c’est plus crédible en étant tabacologue 😅) j’ai décidé de relever le défi sur ma drogue à moi -la nourriture- en choisissant de nourrir mon corps d’une autre manière : au lieu de craquer sur les crèmes desserts, je choisis de nourrir chaque jour mes pieds et mon visage (enfin dans l’autre sens plutôt !) en les hydratants de bonnes et odorantes crèmes parfumées, car j’avais un peu lâché l’affaire avec l’été 🤗

Et vous, c’est quoi vos défis ??!!

Elisabeth Cécile

Ps. Faudrait savoir, Novembre c’est Santé (Sans Thé!) ou sans Tabac ?! 😅

Par défaut
Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

TOUS SAINTS ?!

J’ai toujours eu du mal avec cette fête, beaucoup de mal à la voir comme une fête en réalité. Et elle m’a toujours paru comme une joie forcée.

Quand j’étais plus jeune, je pestais contre les catholiques de circonstances qui me semblaient gâcher la fête en venant pleurer leurs morts alors que nous étions censé fêter la joie du ciel (et ne pleurer que le lendemain !)

En cela j’imitais nombres de mes frères et sœurs dans la foi, même si je leur reprochais aussi leur manque de compassion envers toutes ces familles en deuil.

Mais cela c’était avant, avant que je comprenne qu’il est normal et sain d’être triste et de souffrir de la séparation d’avec ceux qui nous ont précédés, que ces temps de passages, de larmes et de souvenirs sont indispensables, Lire la suite

Par défaut
Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

Le Christ : Tête ou Coeur ? ou comment restaurer notre visage de l’intérieur ❤️😍

Je ne peux m’empêcher de croire que si l’apôtre Paul avait été une femme, dans son analogie de l’Eglise et du corps humain, il aurait parlé du Christ Coeur et non du Christ Tête ! Car si le cerveau est indispensable à la bonne marche du corps, sans la pompe du coeur qui ne cesse jamais de battre tant qu’on est vivant, le corps et en particulier les organes vitaux, ne sont plus irrigués ni vivifiés.

D’ailleurs c’est du Coeur Transpercé du Christ que jaillissent le sang et l’eau et que naît l’Eglise, et c’est dans Son Coeur que le Sacerdoce de tout prêtre prend sa source. Lire la suite

Par défaut
Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

Division, multiplication, différenciation

« Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division » (Lc 12, 49-53)

Je ne sais si vous avez lu l’évangile d’hier, jeudi 25 octobre, mais pour la première fois de ma vie j’ai reçu cet évangile avec une grande paix intérieure, et ce dès la première lecture du texte, ayant sous les yeux et dans le coeur, l’image de la division cellulaire, indispensable à toute construction, toute croissance et toute vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale.

Tout ce qui vit sur terre est appelé à se diviser, à se multiplier et à se différencier Lire la suite

Par défaut
Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

Je n’ai plus foi en l’Eglise catholique …

Ma vie de « catholique » n’est plus… RIP à ma vie au sein de cette Église, qui de toute manière rejette qui je suis et me refuse une place à la hauteur de ma dignité de fille de Dieu et de baptisée.

Je n’ai plus aucune confiance ni foi en cette Église romaine que l’on nomme une, sainte, catholique et apostolique, et je ne peux plus réciter ni professer le Credo 😢

Plus aucune foi ni espérance que ce monde fermé sur lui-même, gouverné depuis toujours par des hommes et depuis un millénaire par des célibataires, puisse changer. Lire la suite

Par défaut
Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion

Se choisir jour après jour 😊

Il y a un mois, le dimanche 16 septembre, je m’engageais solennellement envers moi-même devant Dieu, dans la grotte où vécu Marie-Madeleine à la Ste Beaume, devant deux amies témoins, à prendre soin de moi, à honorer mon corps qui est temple de l’Esprit, à m’aider à grandir en esprit et en vérité, à développer les talents que Dieu m’a donnés afin de les faire fructifier, pour Sa gloire, pour mon propre bien et pour celui de toute l’humanité.

Ce jour-là j’ai aussi choisi Dieu pour Père pour la première fois, en totale confiance et d’un coeur rempli d’amour filial.

Je me suis engagée et j’ai glissé à mon doigt un anneau, ornée d’un diamant solitaire, ayant appartenu à ma mère, et que j’avais reçu en cadeau le jour de mes 20 ans.

Depuis un mois, je porte cette bague en signe de cette volonté de m’engager envers l’être étonnant et unique que je suis ; connue, désirée et aimée de Dieu telle qu’il m’a créée, dès le sein maternel. Le contact et la vue de l’anneau sur ma peau m’aident à incarner petit à petit cette démarche que j’ai posé en conscience, en choisissant d’accueillir et d’aimer inconditionnellement qui je suis, tant dans mes bons aspects que dans mes zones d’ombres, mes blessures et mes imperfections.

Il n’est pas si facile au quotidien de vivre avec son passé, ses erreurs et les conséquences qui en ont découlées, ni d’accueillir les imperfections et les manquements qu’on voudrait tellement ne plus avoir.

Je me sens bien pauvre et misérable certains jours, les habitudes de dénigrement et de violence envers soi revenant comme un boomerang, blessant la confiance et l’estime retrouvées, décourageant à coups de griffes des élans de vivre et de faire encore fragiles et ténus, bien que tenaces depuis quelques mois.

Mais le choix est là, m’engageant chaque jour à remettre l’ouvrage sur le métier, pour avancer à mon rythme et à ma manière, cultivant la bienveillance et la positivité, la gratitude également, sans pour autant faire l’impasse sur ce qui semble négatif. Bien au contraire en réalité : il s’agit d’accueillir de plus en plus ce qui ne me plaît pas et me dérange en moi, afin de le laisser être et de l’aimer, sans conditions, comme on choisit d’aimer véritablement ceux et celles qui partagent notre vie.

Je rends grâce pour l’acte de foi de ma démarche, pour ce week-end de fête que je viens de vivre tout juste un mois après la Ste Baume, où j’ai eu la joie de participer au merveilleux mariage de deux jeunes gens généreux, remplis de détermination et d’amour l’un envers l’autre et envers leurs proches et amis. Leur engagement a redonné souffle et sens au mien, et je me sens traversée par le bonheur, l’ardeur, la joie et la sérénité qui les habitent.

Accueillir la différence de l’autre comme une richesse pour ma vie, c’est aussi accueillir la différence entre l’image de ce que je voudrais être ou crois être, et la réalité de qui je suis, et le regarder comme une richesse qui me fait grandir et m’invite à plus de miséricorde et d’accueil de la vérité des choses et des êtres, en moi et en chacun et chacune de ceux que la vie me donnent à côtoyer et à aimer.

C’est Dieu qui m’a choisie dès le commencement du monde, dès ma conception, pour participer à la merveille de la création, même si certains jours j’ai du mal à prendre conscience de la beauté et de l’utilité de ce qui ne me plaît pas toujours, en moi, en l’autre, dans les événements de la vie.

Nous n’avons pas la claire vision de l’ensemble, ni la hauteur nécessaire à cette vision, mais nous pouvons choisir de faire confiance et de croire que tout concoure au Bien, au Beau, au Vrai sur cette terre, ou du moins que toute chose et tout être créé porte en lui cette capacité de concourir au Bien, au Beau et au Vrai, qui est Dieu lui-même.

Amen

Elisabeth Cécile

Par défaut