Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

Les lieux de la Parole

Aujourd’hui je suis retournée à la messe après plusieurs mois d’absence… et d’abstinence !

Un désir intérieur qui grandissait depuis quelque temps, ainsi qu’un besoin, spirituel mais aussi physique et psychique, de revenir à un essentiel, une source et un roc, car vivre l’eucharistie, communier au Corps et au Sang du Christ est un moyen de rencontre privilégié, un temps de coeur à coeur avec Dieu rendu plus facile et plus tangible par la grâce de tous les signes célébrés au travers de ce sacrement. Nul doute que cette première fête du « dimanche de la Parole », instituée par le Pape François, a aussi nourri mon désir de me rendre à la messe au petit matin, encore toute ensommeillée, l’esprit et la voix peu clairs ! 😁

La Parole de Dieu tient une grande place dans ma vie, et je m’en nourris quotidiennement, en essayant chaque jour de la laisser résonner en moi lorsque je la lis et je la prie, souvent dans mon lit, au réveil. Je dois dire que je n’ai pas grand mérite et que c’est une grâce qui m’a été donnée il y a quelques années (une bonne dizaine d’années maintenant) de la prière quotidienne, ainsi que le cadeau de recevoir la Parole, quelle que soit sa forme (évangiles, psaumes, ancien testament, homélies) comme une véritable nourriture pour ma vie, un soutien et une présence inestimable.

J’ai fait l’expérience qu’il est possible de rester en relation de proximité avec Dieu sans forcément communier aux espèces ni participer à l’eucharistie dominicale, mais que la continuité et l’intensité de la relation reposait sur ce lien avec la Parole, même si certains jours cette nourriture se limite au simple nom de Jésus (de Marie, de l’Esprit, ou encore de celui du Père) ; parfois juste murmuré dans le silence du coeur, tenant, par moment, plus du gémissement et du balbutiement -voire d’un simple élan-, que d’une énonciation véritable.

D’ailleurs, pour illustrer le mouvement (et le déplacement) que produit en nous la Parole de Dieu, les lectures de ce dimanche ont été proclamées à gauche à l’ambon pour la première lecture, à droite au pupitre de chant pour la seconde, et au centre pour le psaume et l’Evangile. C’était tout simple, mais très « parlant »!

J’ai bien aimé l’homélie, durant laquelle le prêtre nous a évoqué les « modes » de la présence de Jésus-Christ au milieu de nous, nous précisant que nous pouvons les vivre « chez nous » et de manière quotidienne.

1er mode : quand deux ou trois sont réunis « en Son nom », Jésus-Christ est présent au milieu d’eux. Le prêtre a pointé avec justesse que lors des réunions pastorales et des rencontres amicales entre croyants, nous oubliions souvent de faire mémoire de Lui, en début ou en fin de réunion.

Je le rejoins fortement sur ce point, qui est toujours une tristesse pour moi, comme celle d’un ami qu’on oublie. J’ai participé à une réunion à la maison diocésaine de Toulouse cette semaine, pour préparer une soirée de sensibilisation sur la dépendance à l’alcool, et j’ai été surprise que nous ne commencions pas par une courte prière N’étant pas à l’initiative de cette rencontre, je n’ai pas osé pointer ce manque, à tort peut-être.

Évidemment, Dieu est plus grand que notre coeur, et il se fait présent même quand nous oublions de mentionner à voix haute que nous nous rassemblons en Son nom , mais le grand risque est que nous passions à côté de Sa Présence, et de ce qu’Il souhaite nous donner. Que notre œuvre reste à échelle restreinte et produise des fruits médiocres, car non ouverte à la dimension d’un « plus grand et plus vaste que nous ».

2ème mode : Dieu est présent dans la Parole. Là aussi, le prêtre a judicieusement rappelé que de nombreux catholiques sont plus enclins à lire les journaux quotidiens (chez nous c’est La dépêche ou le Petit Journal) et à se nourrir du journal télévisé, que de la lecture des textes proposés jour après jour par la liturgie ! Quel dommage… et surtout quel manquement qui serait facile à réparer, et pourrait porter tant de fruits dans nos vies ! Si je suis capable de consacrer un temps non négligeable aux nouvelles (souvent mauvaises d’ailleurs !), comment ne pourrais-je pas introduire dans mon quotidien un petit temps pour lire une « Bonne Nouvelle », celle de l’Evangile ??? Et comme pour les infos, en choisissant des textes commentés, afin d’éclairer ma lecture et d’aider à la digestion et à l’assimilation de cette nourriture, essentielle à la vie de tout disciple de Jésus-Christ ou de tous ceux et toutes celles qui ont envie de le rencontrer ou de mieux le connaître.

Le prêtre l’a rappelé : comment puis-je annoncer et témoigner de ce que je ne possède pas ? Comment vouloir évangéliser si je ne suis pas nourri d’Evangile, si je ne le vis pas, s’il n’est pas assimilé dans ma vie, ne serait-ce qu’un minimum ? Et là il a fait une comparaison que j’ai trouvé somme toute assez injuste au vu de l’Histoire de l’Eglise : la bible d’un protestant est coincée sous son aisselle et surlignée de partout, tandis que celle d’un catholique prend la poussière sur un meuble (et encore, s’il en possède une!). C’est peut-être vrai (même si c’est caricatural), mais n’oublions pas que pendant des siècles le clergé catholique s’est approprié le monopole de la Parole et que seuls les clercs avaient le droit de la lire, de la commenter et de l’interpréter. Alors ceci explique sûrement cela… on part de très loin, et il est regrettable de penser que l’humain, même bien intentionné, ne peut s’empêcher de s’approprier Dieu, de contrôler et voire même d’empêcher sa propagation et son action jusqu’aux extrémités de la Terre…

3ème mode de la Présence de Jésus-Christ au milieu de nous : l’Eucharistie. Le prêtre n’a pas développé, je ne le ferai pas non plus.

4ème mode : La présence de Jésus-Christ dans le ministre ordonné… Bon là, j’avoue que j’ai pris une profonde inspiration pour faire taire au fond de moi cette petite voix de rébellion qui avait envie de l’ouvrir en grand !!! Cela m’aurait empêché d’apprécier la vérité de ce qu’il exprimait 😁

Je me suis dit que je ne devais pas m’attacher à la forme mais au fond. Et dans le fond c’est une réalité : Jésus-Christ est présent et agit au travers du ministre ordonné, par lui, avec lui et en lui. Tout comme le ministre ordonné est censé agir par Lui, avec Lui et en Lui. Quand le prêtre célèbre les sacrements, ce n’est plus lui qui parle, ni lui qui agit, c’est Dieu qui s’incarne à travers lui. Et c’est tout l’intérêt de vivre les sacrements, quels qu’ils soient, car ils sont un lieu de rencontre particulier avec la Personne réelle et vivante qu’est Jésus-Christ.

Malgré tout, et le prêtre ne l’a malheureusement pas souligné dans son homélie, si « Jésus-Christ est présent dans le ministre ordonné » (Dieu que je n’aime pas cette formulation ! 😬), Il n’efface pas pour autant l’humanité de son ministre, qui peut par moment brouiller Son Image et déformer Sa Parole, voire rendre invisible Sa Présence. Et je crois que je n’ai pas besoin de citer tous les exemples de paroles et comportements des ministres ordonnés qui souvent nous font douter de la réelle présence de Jésus-Christ en eux…

Bien évidemment, je ne développerai pas le fait que c’est une erreur à mes yeux de croire que seul un mâle célibataire a le pouvoir (au sens de capacité, et non d’une puissance ou d’un contrôle quelconque) d’incarner la personne du Christ sur cette terre, et en particulier dans le service des sacrements. Ma conviction profonde est que tout baptisé, homme ou femme, célibataire ou non, peut être appelé à ce ministère sacerdotal, et que Dieu appelle largement qui il veut (tandis que les homme d’Eglise choisissent d’ordonner uniquement des hommes célibataires…) Mais c’est un autre sujet, et je risquerais de m’énerver 🙄😆😆😆)

Quoi qu’il en soit, l’homélie de ce prêtre m’a rejointe et m’a touchée. Pourtant elle m’a laissée un goût d’inachevé, et il m’a semblé qu’il manquait un « mode » essentiel de rencontre avec la Personne du Christ et Sa Présence au milieu de nous. Et, car je crois que Dieu a de l’humour et de la bienveillance, Il nous a été donné un signe clair et très parlant de nous rappeler cet autre mode !

Vers la fin de la communion, un homme s’est approché du choeur, boitant et maugréant entre ses dents, porteur d’un gros sac plastique blanc, sûrement rempli du bazar de sa vie d’égaré (malade ou sans domicile fixe, je n’ai pas réussi à le deviner). C’était ce même homme qui avait fait un peu de remue ménage au début de la consécration, et j’avais observé de nombreuses personnes se retourner avec inquiétude vers le fond de l’Eglise d’où venait le vacarme, qui malgré tout a vite cessé. J’ai appris plus tard qu’il avait déjà perturbé des messes de semaines, obligeant le prêtre à arrêter la célébration pour le mettre dehors.

En tout cas cet homme portait sur lui le désir de communier, cela se voyait dans sa démarche et se lisait sur son visage. Sa détermination et son obstination ont encore été encore plus visibles lorsque le prêtre a refusé de lui remettre l’hostie et qu’il s’est tourné vers l’autre personne qui donnait la communion. Mais là aussi le prêtre est intervenu et a empêché qu’on lui donne la communion.

C’est sur cette image que s’est clôturé le temps de communion : le refus du Pain de Vie à un homme malade, et pourtant, à sa manière, avide de Dieu et de Sa Présence dans l’Eucharistie. Le pauvre hère s’est retrouvé seul en plan dans l’allée centrale, désemparé et désorienté, ne comprenant pas qu’on lui ait refusé de communier. Alors il est reparti comme il était venu, clopin-clopant, avec son gros sac à la main. Il a sûrement rejoint le groupe assis par terre, que j’avais croisé au seuil de l’Eglise en entrant. Mais ils étaient déjà presque tous partis quand je suis sortie à la fin de la messe.

En tout cas, cet événement m’a interpellée et a fait perdre à mes yeux, beaucoup de sa crédibilité l’homélie du prêtre, notamment concernant la présence du Christ dans le ministre ordonné … Comment imaginer une seconde que Jésus ait pu repousser cet homme ? Il me venait à l’esprit l’image des nombreux films sur Jésus de Nazareth, ou l’on voit les pauvres et les boiteux, les malades et les simples d’esprit s’approcher de Jésus, et Lui qui les bénit et les guérit. Ce dont je venais d’être témoin, ressemblait plutôt à un autre passage de l’évangile : « j’étais nu et vous ne m’avez pas vêtu, j’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger »…

Alors je crois que notre cher frère et ami prêtre a oublié un mode essentiel de la présence du Christ au milieu de nous, un lieu privilégié où nous sommes invités à le rencontrer : dans le pauvre ou le petit qui vient quémander et qui nous embarrasse, celui que nous avons trop souvent tendance à repousser et à considérer comme indigne de Dieu, voire indigne de nous…

Jésus-Christ est Parole Vivante, Verbe incarné, et nous sommes invités à nous nourrir de cette Parole, à en vivre. Cette Parole ne se résume pas à un livre, si saint soit-il, cette Parole est inscrite dans notre chair à tous (et à toutes!) et Elle nous rejoint et nous parle au quotidien, faisant appel à l’intelligence, tant celle de notre mental que celle de notre cœur.

Puissions-nous ne jamais oublier qu’en Jésus-Christ, la Parole et le Geste ne font qu’un, et que, comme le dit mon ami Maurice Zundel 😍, nous sommes tous et toutes appelés à devenir Sacrement de la Personne de Jésus-Christ ici-bas, c’est à dire à devenir le signe d’une Présence qui « dit ce qu’elle fait et fait ce qu’elle dit », dans chaque acte de la vie quotidienne, et ce jusque dans chaque battement de cœur ou souffle de notre vie.

Amen.

Elisabeth Cécile

Photo : afp.com/Joel Saget 2014

Par défaut

4 réflexions sur “Les lieux de la Parole

  1. Claire Poujol dit :

    Bien d’accord avec toi. Un diacre aurait pu s’approcher de cet homme et voir comment l’aider dans ses besoins. Mais manifestement il avait (aussi) le fort désir de communier….

    J'aime

    • Il n’y avait pas de diacre à cette messe de 8h30, et il n’y en a pas non plus à celle de 11h je crois !
      C’est difficile de juger de la situation, car on n’a pas tous les éléments.
      Par contre je sais que le diocèse prévoit de se mettre en contact avec son médecin traitant, et mon petit mot d’aujourd’hui motivera sûrement la personne concernée a le faire plus rapidement !
      Après ce n’est jamais simple ce genre de situation, et chacun réagit comme il peut (ou comme il a appris)

      Aimé par 1 personne

  2. MNM dit :

    Comme tout cela est humain !!! Le Seigneur vient rejoindre les marginaux, les emmerdeurs, les exclus, les râtés et les malvenus. C’est la patience, la charité et la longanimité qui permettent d’être la Sagesse de Dieu en ces circonstances particulières – désagréables et déstabilisantes sans doute pour le prêtre qui vient de rater une belle oeuvre corporelle et spirituelle de Miséricorde. Oui, nous sommes tous bien pauvres et si nous l’avions oublié ce témoignage nous le rappelle !!! Ce sont les pauvres qui nous révèlent notre dureté de cœur, nos hypocrisies et nos mensonges parce que leurs vies pénibles accusent et nous appellent à la conversion véritable. Prions pour ce prêtre !

    J'aime

  3. Célestin OBAMA dit :

    le dire-faire et le faire-dire: je l’ai entendu quelque part. Voilà qui est une marque de distinction des enfants de Dieu au milieu de ce monde.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s