Méditation Poésie Réflexion, Photos, Religion catholique

ARS : joie de la consolation ❤️

En arrivant à l’accueil du sanctuaire ce matin, je découvre un prospectus invitant à une formation un mardi par mois pour l’année 2018-2019, et la phrase illustrant ce parcours résume étonnamment le climat de mon séjour dans le village du saint curé : « Venez à l’écart, et reposez-vous un peu… pour vivre quelques heures, une journée, au calme, dans la paix, se mettre en prière, goûter les écritures, reprendre souffle… Pour tous ceux qui désirent approfondir leur foi et vivre un temps de ressourcement… »

Joie des retrouvailles avec mon petit curé, si souriant dans sa statue de bronze sur le parvis de la basilique, joie de l’action de grâce puisque que c’était le but de ma visite : honorer une promesse faite il y a 2 ans, de venir à Ars en pèlerinage, si ma neuvaine à Marie qui défait les noeuds était exaucée ! J’ai effectivement été exaucée suite à cette neuvaine, dans les semaines qui ont suivies, mais d’une manière totalement inattendue (presque à l’inverse de ma demande), et en lien avec le village d’Ars. 🤩🙏🏼

Je remercie également Michel et Mireille, un couple que je connais de mon enfance à Cordes, et qui m’avait confié à la prière du Curé d’Ars ce début d’été là, sachant par mon papa que je n’étais pas en grande forme, mais sans rien savoir de ma neuvaine. Et ils étaient à Ars ce début d’été là, juste une semaine avant que je reçoive un appel téléphonique, libérateur et consolateur pour moi, appel donné depuis ce même sanctuaire d’Ars.

Comment ne pas comprendre que le St Curé d’Ars est présent, vivant et agissant sur mon chemin, et ce depuis l’adolescence, du temps où je participais en tant qu’ado aux premiers grands rassemblements organisés par plusieurs communautés nouvelles au débuts des années 80. J’ai vécu des moments de grâces si intenses en ces lieux 😍

En rentrant dans la basilique hier soir, peu avant 21h, grande paix devant la chasse de Jean-Marie Vianney : calme, paix, sérénité, douceur… et cela m’a rappelé ce que dit le prêtre âgé de ma paroisse : le sacrement de réconciliation c’est soit pour demander pardon, soit pour recevoir la consolation. Alors j’ai déposé tout ce qui me causait chagrin… 💔

C’est ce que j’ai reçu toute cette journée : une grâce de consolation, tant dans le lieu où j’ai dormi « chez gus » qui était un petit coin de paradis (comme celui de ce soir également, prénommé judicieusement « Roseland » !), avec un jardin, un bassin feuillu (avec au moins un batracien qui a bondit hors de l’eau à mon approche !!!), un chat ronronnant et câlin…et un propriétaire absent que je n’ai même pas vu…tout comme la dame qui m’accueille ce soir !

Alors je savoure ces instants de solitude, au milieu de la verdure et des animaux (chats, chien, lapins et…ânes (!), dans la fraîcheur du matin ou la douceur du soir, bienvenues après ces deux jours de soleil intensément ardent en journée. 😌

Joie du coeur à coeur avec le Bon Dieu et avec mon petit curé, visite de sa maison, ballade au monument de la rencontre, et surprise de découvrir qu’ici aussi on fête un anniversaire en 2018 : les 200 ans de l’arrivée à Ars de Jean-Marie Vianney, avec pour l’occasion une retraite mondiale pour les prêtres qui débute….lundi prochain, le 24 septembre, jour anniversaire de mon mariage et jour de mon retour chez moi !

Que d’anniversaires, que de petits signes pour moi au travers d’évènements tout simples mais festifs et heureux depuis le début des mes pérégrinations !

Jusqu’au texte d’évangile et à l’homélie d’aujourd’hui, puisque nous avons entendu le récit de la pécheresse pardonnée qui oint les pieds de Jésus, au cours d’un repas qu’il prend chez Simon, le pharisien. Clin d’oeil à la Sainte Baume ou j’étais ce week-end, car même si on ne sait s’il s’agit bien de Marie-Madeleine dans cet évangile de Luc, il est quand même question d’onction et parfum !

Et voici comment le prêtre a débuté son homélie, même si je ne suis pas sûre qu’il ait mis comme intention ce que moi j’y ai entendu et reçu ^^: « Simon le pharisien fait un très beau geste envers Jésus en l’invitant à partager un repas chez lui (et en faisant de lui un hôte d’honneur, mais ça c’est moi qui le rajoute !), mais Jésus lui dit que ce geste pourrait être encore plus beau, et lui montre qu’il le devient grâce à cette femme et aux gestes qu’elle accomplit… »

Inutile de vous dire quel sens a pris pour moi cette phrase…

je n’ai pu m’empêcher de penser au repas de la messe que nous étions en train de célébrer, et à la table eucharistique dont les hommes trouvent inadapté, inconvenant voire même irrespectueux, que les femmes s’approchent pour y toucher de leurs mains pécheresses l’hostie consacrée, voire en vue de la consacrer elles-mêmes…(même si en réalité le prêtre ne fait rien par lui-même, c’est Dieu qui agit au travers de mains humaines par la puissance de l’Esprit Saint…!)

…et le prêtre de continuer son exhortation : « elle a conscience que normalement elle devrait être rejetée, mais elle se sait pardonnée et aimée, alors elle ose un geste qui surprend et choque Simon le pharisien…et Jésus la laisse faire ce qu’elle a envie de faire … »

…j’ai noté ces phrases sur mon téléphone au moment de l’homélie, pour être sûre de ne pas imaginer les avoir entendues et les réinventer à ma sauce !!!

Je me sens tellement à l’image de cette femme, consciente de mon indignité et de tout ce qui fait que je devrais être rejetée, et qui fait que c’est scandaleux d’oser prétendre au sacerdoce ministériel, ce qui me ferait « toucher » Jésus d’encore plus près, et effectuer tout un tas de gestes que seuls les prêtres sont autorisés à faire et qui permet à Jésus d’agir à travers eux…

Mais mon amour pour le Christ est immense, et en réalité il m’a été beaucoup pardonné, comme à cette femme. Ma vie n’est absolument pas un exemple de vertus ni de fidélité irréprochable à l’évangile…Et pourtant Dieu m’aime et me pardonne, sans même que je lui exprime toujours avec des mots ce qui embrouille ma vie. Il voit mon coeur déchiré, traversé d’un amour qui l’honore en actes d’agréables odeurs et qui le rejoint jusque dans une relation d’intimité avec Lui, forte et amoureuse. Alors il me pardonne mes péchés, tous, sans conditions et sans exceptions…uniquement par grâce et par amour de moi, et il embaume mon coeur, mon corps et mon âme, d’un bain de consolation qui ressource tout mon être… Amen !

Elisabeth Cécile

Ps : dernière phrase qui a retenu mon attention dans l’homélie de ce jour : « un chrétien est quelqu’un qui se sait capable de mal, qui est humble, et se laisse transformer par le Christ, par l’Esprit Saint. L’essentiel = vivre avec Jésus-Christ. L’homme (l’être humain) est un pauvre qui doit tout demander à Dieu »

Nb. La bougie de neuvaine (et la statue de ND de Pontmain !) s’est promenée d’une chapelle à l’autre de la Basilique pour finir dans la lanterne des cierges, afin de ne pas abîmer les magnifiques fresques de la basilique par la fumée des bougies…quand je vous dis que je suis aussi folle et déconcertante que la pécheresse pardonnée de l’évangile…

C’est ce qu’on appelle la créativité féminine 😅

Elisabeth Cécile

« VENEZ À JESUS, VENEZ VIVRE DE LUI, AFIN DE VIVRE POUR LUI »

Parole du curé d’Ars, chantée à la communion

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s