Développement personnel, Méditation Poésie Réflexion, Religion catholique

Derniers préparatifs avant le grand départ !

Se préparer au départ… Demain c’est le grand jour, je prends la route pour la Ste Baume !
Ce voyage est un événement pour moi, et comme pour toute chose importante (petite ou grande), le temps de « l’avant » est essentiel.
Qu’est-ce que j’attends de ces pérégrinations, quels moyens je me donne pour faciliter ces attentes, sans pour autant tout planifier ?
Dans quel état d’esprit ai-je envie (ou besoin) de vivre ce mariage avec moi-même et ce voyage de noce qui va suivre ? Qu’est-ce qui m’inspire et me donne de l’élan ?
J’ai pas mal de réponses à ces questions et j’avais envie de vous les partager.
Dans la dynamique de ce propos, un diaporama illustrera en images ce que j’ai besoin d’exprimer et vous racontera la (dé)marche que j’ai à cœur de vivre !
Mais d’abord un retour sur mon appel à intentions de prière et sur la cagnotte que j’ai créée en vue de financer une partie de mon voyage.
Au niveau participation à la cagnotte, rien du tout, mis à part certaines moqueries ou quelques jugements négatifs sur le fait de demander de l’argent pour une cause si peu noble et non basée sur un malheur ou une pauvreté matérielle. Mais concernant la plupart d’entre vous : nada, silence absolu, zéro réaction.
J’ai réfléchi à tout ça, j’ai essayé de l’accueillir et d’en tirer leçon…
J’ai compris deux choses essentielles : l’important est d’avoir osé me donner une valeur au travers de cette demande, l’autre étant que je n’ai nul besoin d’être cautionnée par d’autres pour m’autoriser cette dépense.
J’ai de la valeur à mes propres yeux (ou du moins, j’essaie de travailler à la trouver !), et me payer ce voyage de ma propre poche – enfin, avec l’argent de toute notre famille- est une manière d’oser croire que j’ai du prix à mes yeux et aux yeux de cette famille. De plus, en osant partir alors que la somme de ce voyage n’est pas budgétisée et fait un trou de plus dans nos finances, c’est une manière d’investir sur ma personne, d’investir sur le Seigneur en Lui faisant confiance qu’Il prendra soin de moi et comblera ce qui a besoin d’être comblé.
Ce n’est pas un très gros risque car je ne suis pas une personne sans moyen financier, malgré tout mon rapport à l’argent est compliqué et c’est réellement un acte de foi pour moi, et un choix d’investir dans quelque chose d’essentiel à mes yeux : me choisir moi, telle que je suis, mieux prendre soin de moi, me témoigner plus d’amour en actes (non dans la satisfaction de mon ego mais en vue du bien de toute ma personne, tant au plan physique et intellectuel que spirituel) et faire de cet événement une fête et un chemin (d’où la pérégrination de noce !)
Troisième leçon : ce n’est pas au travers de l’argent que je peux trouver ma valeur, ni l’exprimer.
Pour ce qui concerne les intentions de prière, j’en ai reçu très peu : deux officielles, et deux que j’ai à cœur au travers de mes échanges et rencontres récentes. Je vous renouvelle donc ma proposition de me confier des intentions, même si là aussi, c’est peut-être une invitation à oser faire ce voyage uniquement pour moi, gratuitement, sans me sentir obligée de prier aussi pour les autres pour valider le fait que je vais me présenter à Dieu dans différents sanctuaires, et lui demander de me bénir, de me guérir, et de m’aider à (re)trouver mon chemin de vie… ou plutôt de me guider dans les prochaines étapes à venir, sur ce pèlerinage terrestre que j’ai débuté il y a plus de quarante-huit ans -voire même un peu plus, si l’on considère que ce départ a pris forme au moment de ma conception, dès le sein de ma mère… En réalité, je flirte de très près avec le demi-siècle 😅

C’est avant tout une aventure intérieure que je désire vivre : un voyage au centre de moi-même…
Il ne sert à rien de se déplacer physiquement si rien ne bouge et ne progresse à l’intérieur de moi.
Aussi je me suis mise en conditions :
Lundi, je suis allée marcher dans mon village, pour m’imprégner d’où et de comment je pars. J’ai enlacé un arbre un peu malade, meurtri, mais toujours bien vivant, et qui rejoint en moi mes blessures. Il est amputé à la base, d’un gros tronc… Mais finalement, cette franche découpe ne l’a pas empêché de continuer à grandir ni de vivre, et sa plaie si grande peut même servir de fauteuil pour ceux qui souhaitent s’y asseoir, fatigués par leur propre route.
Son feuillage est abîmé également et me semble malade, mais en le serrant contre moi, j’ai senti la vie en lui, et je lui ai promis que j’irriguerai aussi la vie en lui, et que nous avancerions ensemble vers la guérison, que nos blessures ne nous empêcheront pas d’avancer ni de continuer à donner la vie, même si c’est non conforme au schéma classique que nous nous faisons tous d’un arbre quand on nous demande d’un dessiner un.
Plus je me promène, plus j’observe les arbres, et plus je m’aperçois de leurs différences, de leurs particularités à chacun. Je perçois leurs histoires cabossées qu’ils arrivent pourtant à sublimer, avec grandeur et majesté pour certains, malgré des coupes improbables ou des implantation dans des lieux incongrus. La vie est incroyable, et la nature plus forte que la mort ! Et même un arbre mort (ou qui parait mort) est beau, et raconte une histoire : toutes ses branches et bifurcations, ces pousses et surgeons, me donnent une impression de vie, de mouvement… de danse de la vie !
C’est ce que j’ai encore plus découvert hier et aujourd’hui, en marchant dans la campagne rocheuse et montagneuse du Sidobre, aux alentours de chez ma tante, où je me prépare depuis 2 jours au grand voyage de demain !
Je pense avoir vécu un mini-résumé de ce qui m’attend :
Un voyage au centre de soi, une quête qui passe par tous les chemins en soi, qui part d’où je suis, pauvre, blessée, meurtrie, mais à nouveau vivante, et qui découvre ou redécouvre mes mes fragilités, mes cassures et mes fêlures mais aussi mes richesses et ma beauté, un chemin qui n’a pas peur de fouiller dans la broussaille, d’aller au devant même si la végétation est aride et malade, qui ose explorer et ouvrir des portes fermées, franchir les zones d’ombres, aller au-delà des ruines et des déserts intérieurs. Un chemin qui découvre des sources et des (re)sources, des trésors cachés, enfouis ou issus de mes failles, pour finalement découvrir cette merveilleuse nouvelle, qu’au plus intime de soi, il y a un roc sur lequel on peut s’appuyer et qui nous ouvre un horizon infini. Un lieu qui nous permet de (re)construire la vie, encore et encore, d’embrasser la terre et de s’envoler vers le ciel en étant caressé par le soleil.
Tu n’es plus un arbre mort, mais un arbre qui porte du fruit… un fruit qui demeure dans l’éternité et jaillit en abondance !!!
Elisabeth Cécile
« quand tu n’as plus la force de danser avec l’autre, ose marcher vers toi » Isabelle Padovani
PS. le dernier arbre de mon diaporama est un pommier croulant de pommes : « On peut savoir combien il y a de pépins dans une pomme mais on ne sait jamais combien il y a de pommes dans un pépin ! » …🍏🍏🍏🍎🍎🍎🍏🍏🍏🍎🍎🍎🍏🍏🍏🍎🍎🍎🍏🍏🍏🍎🍎🍎🍏🍏🍏…🤗😇

Par défaut

2 réflexions sur “Derniers préparatifs avant le grand départ !

  1. Revol-buisson dit :

    Bonjour Élizabeth ! J’ai été a la fois très surpris et admratif de voir ce post, je trouve ça a la fois très chouette, très courageux, d’autant que apparament tu n’as été comprise par beaucoup, devant nos faiblesses et blessures il nous reste l’abandon, l’abandon de ce que disent et pensent les autres et surtout l’abandon pour enfin savoir s’écouter, nous seul connaissons ce que nous avons a faire, s’écouter envers les autres c’est très difficile, mais c un cadeau, il ne faut pas avoir confiance en soi mais croire en soi, je ne te cache pas, encore un avis dont j’espère tu te passeras, que pour moi tu es une personne bonne, avec beaucoup de qualité, et j’aurais envie de dire, continue, ce que tu fais c’est super…très enfants,ton mari, tes amis…tu es bienveillante avec beaucoup, mais toi seule sait, connait ce que tu dois faire….donc Bravo, et j’espère que cette aventure te donnera plus que ce tu attendais, j’espère de tes, de vos nouvelles, des grosses bises a toi et ta famille

    J'aime

  2. Severine Megdiche dit :

    Je te souhaite bon voyage Elisabeth. Ne te formalise pas pour les non réactions de tes proches à ton appel de cagnotte…..la plupart sans doute n’en n’avait pas cas, comme moi. Je découvre ce matin ton message que j’ai pris soin de lire jusqu’au bout. Je suis désolée que les seuls qui se soient exprimés l’aient fait pour se moquer, te rabaisser et te dévaloriser… Les esprits négatifs ne manquent jamais une occasion de s’exprimer….Je t’envoie tout mon amour et te souhaite beaucoup de force et de courage pour entreprendre ta mission…. te connaître et t’aimer toi même…..A très vite….Je t’embrasse…. Séverine

    J'aime

Répondre à Severine Megdiche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s