Développement personnel

A chaque jour suffit sa peine !

Comme il est difficile de croire en soi et de se faire confiance…surtout quand depuis le réveil tout semble aller de travers 😬 

Oui, il est parfois rude et abrupt le chemin du bonheur, et la volonté d’être heureux ne suffit pas toujours pour y arriver …

Même quand tu sais que tu n’as rien à craindre, que le désaccord n’est pas le désamour, que le regard de l’autre n’est pas toujours juste sur qui tu es, car la poutre de son œil obscurcit parfois son jugement (tout comme pour toi) ton cerveau lui, croyant dur comme fer que tu es en danger de mort, car tu risques de te retrouver seule, abandonnée et rejetée de tous si tu ne rentres pas dans le moule de la tribu ; se met en mode stress comme si ta vie en dépendait…

Car seule tu ne peux plus vivre, tu as besoin des autres pour être… enfin c’est ce que tu crois, car en réalité tu es adulte! Même si ton inconscient lui, ne s’en rappelle plus, il court-circuite ton cerveau conscient quand il passe en mode survie et ne se rappelle que de tes réactions d’enfant face au danger !!! Tu as plus de ressources que tu ne penses et en fin de compte tu peux être actrice dans cette équation où Ton Créateur a aussi Sa Part.

Tu as tellement peur de casser cette tribu que tu formes avec ton conjoint… Alors quand il te renvoies que tu ne finis jamais ce que tu entreprends et que tu ne vas quand même pas encore t’abonner à une formation, qui en plus est hors de prix aux yeux de ce qu’elle apporte…tu perds les pédales !

Même si à tes propre yeux, tu te dis qu’acquérir des outils de gestion du stress, pour toi qui te laisse souvent submerger par ton stress, serait un apport non négligeable… et puis tes patients pourraient y trouver leur compte, et cela double ta motivation. 

Mais le pire c’est que ton mari a raison, cela coûte bien trop cher. Pourtant rien que pour le principe t’as envie de l’acheter quand même, juste parce que tu ressens qu’il te pose une injonction, que tu n’as pas le choix. 

En plus il ne t’accorde même pas le crédit d’être capable de mener à terme ce petit projet, il ne te croit pas capable rentabiliser l’investissement. Et ce, juste pour te culpabiliser et arriver à ses fins pour ne pas que tu dépenses trop d’argent. Tu le trouves injuste au regard de ses propres comportements…

En même temps il a raison : regarde toutes les pelotes de laine qui inondent ta maison (et le magasin que tu pourrais ouvrir avec !), regarde tous ces livres achetés et non lus, ceux commencés et non finis…

Et toi, te crois-tu capable d’y arriver ? Et si c’est oui, te donnes-tu le droit à l’erreur ???

Ah culpabilité quand tu nous tiens…

Finalement tu choisis de ne pas subir la pression, tu regardes à nouveau cette conférence et l’offre qui la sous-tend. Puis tu décides d’acheter les livres du conférencier, qui eux contiennent le graal que tu cherches mais restent à un prix raisonnable.

Cependant tu ne te sens pas à armes égales avec ton mari, tu as une impression d’injustice à devoir te battre autant pour exister et ne pas t’écrouler sous son autorité. 

Et pourtant, tu as toi aussi tellement de pouvoir pour le faire souffrir et le faire culpabiliser, lui donner l’impression de ne pas exister…

Autre tribu, celle de la religion, celle de l’expérience légitime aux yeux de l’autre, selon des critères précis. Une lectrice de ton blog qui te renvoie qu’à te lire, il lui semble que tu n’es pas encore prête à témoigner pour aider autrui, même à travers un livre. Que tu n’as pas assez de recul sur toi. 

Pas si facile à entendre pour un médecin qui exerce depuis 15 ans dans la relation d’aide et accompagne des personnes dans leur chemin de libération vis à vis d’un produit ou d’un comportement, ce qui les invite à transformer leur regard et leur relation au produit, à eux-mêmes et aux autres. Et tu penses humblement y contribuer, du mieux possible pour le rôle qui t’es imparti. 

En même temps elle a raison, puisque tu es en arrêt maladie longue durée pour la seconde fois. Tu étais stressée et overbookée, devenue à nouveau incapable d’exercer correctement ton métier, et surtout de tout assumer.

Tu t’es confrontée à tes limites et tu as eu besoin de prendre du recul sur toi, de ré-assembler toutes les pièces du puzzle de ta vie pour y voir plus clair, maintenant que tu les as toutes trouvées.

Ainsi tu as pu renaître, emportée dans le souffle de vie du printemps et de la Résurrection, associée au Sommet de la Conscience que tu as suivi. 

AC1CA40F-514D-4A16-8FBD-53D6B226F630

Ce sommet t’as invitée à marcher vers toi, à prendre du temps juste pour toi, pour enfin prendre soin de toi et non te maltraiter comme tu faisais avant.

Apprendre à t’aimer, à t’accueillir imparfaite, égoïste, immature affectivement dans ton enfant intérieur blessée.

Oser croire que tu es digne d’exister et de vivre, même si tu ne corresponds pas à ce que tu penses que les autres attendent de toi, même si t’es une fille et pas encore une vraie femme tout le temps, même si tu crois que Dieu appelle aussi des femmes au sacerdoce, même si tu as le défaut toi aussi de vouloir avoir raison, de te mettre en colère, d’être agressive verbalement et de tellement le contenir par peur de ne plus être aimée ou acceptée que ça t’explose au visage au bout du compte…et au visage de l’autre évidemment. Ce qui fait tout le contraire de ce que tu souhaites vivre !

Mais finalement, en essayant de te nourrir d’amour et non de colère, d’aller au fond de toi et d’ouvrir grand ton coeur, de ne pas couper le dialogue tout en maintenant ton cap des certitudes qui t’aident toi, tu as trouvé ta pépite du jour : ce livre tu l’écris d’abord pour toi, pour ton besoin de dire et d’oser exprimer qui tu es, et de croire que malgré tes imperfections et un certain manque de recul, tu as de la valeur et que tu es aimable et aimée, digne d’être en vie. Et tu es même invitée à t’aimer toi-même en prenant soin de toi.

Mais que la chimie de ton cerveau est dure et longue à rééduquer !!! Toi qui te vis en victime depuis ton enfance (même si la vie ne t’as pas aidé à te voir autrement) et qui t’es aussi donné la mission de sauver le monde, pour rembourser ta dette d’exister… Cela fait si longtemps que ton cerveau fonctionne ainsi en mode automatique que tu ne sais pas faire autrement, tu ne peux pas, pour l’instant !

Tu as vécu si intensément le malheur et l’injustice, la révolte et la colère notamment, qui t’ont permises de survivre et de tenir debout… Maintenant que ta colère s’éteint, tu sombres dans un désespoir qui voudrait t’attirer au fond du gouffre, même si tu n’as aucune envie réelle d’y aller car tu veux vivre. Tu es vivante !

Pourtant tu as tout pour être heureuse, vraiment tout. Et tu le sais, tu le vois de manière très objective, tu le ressens même dans ton coeur et ton corps à certains moments. Mais c’est si subtil ou si bref, tellement rapide à s’estomper.

Ton inconscient est tellement mal habitué qu’il préfère le connu de la peine et de la douleur, du doute et du manque de confiance.

Et pour couronner le tout, ton résultat sanguin confirme que les efforts que tu as fais ces derniers temps n’ont pas suffit à faire baisser ton taux moyen de glycémie depuis avril…. 

Et pourtant tu as fait de ton mieux : tu marches tous les jours, tu manges sans sucre et tu es sérieuse concernant la nourriture. En plus cela te demande de moins en moins d’effort !

Mais il y a encore ce facteur stress, ces repas où tu ne suis pas assez la base du régime diabétique, ces fois où tu as craqué sur une glace, une bière, du pain, plusieurs fruits d’affilée, etc.

Alors tu te rappelles que l’important et le seul objectif, atteignable et réaliste, ce sont les moyens, et rien que les moyens.

Alors tu vas te concentrer dessus. Tu vas modifier la chimie de ton corps à force de répétition, lui apprendre à sécréter les bonnes hormones avec des moyens nouveaux et sains. Tu connais ces moyens, et tu en as découvert d’autres depuis quelques temps.

Tu vas continuer à lâcher prise sur le résultat. Tu ne peux te blâmer si les moyens mis en œuvre sont insuffisants. Ou alors corrects, mais mis en place depuis trop peu de temps. Car tu fais déjà de ton mieux, certains jours étant plus prospères que d’autres, comme dans toute vie.

Tu vas continuer à croire en toi malgré le doute, à créer du neuf, à regarder le positif, à te nourrir de la reconnaissance et de la gratitude qu’en plus tu es capable de voir et d’exprimer aux autres, tu vas cultiver la joie des petites victoires. Et cette journée en a été remplie !

Le résultat est cadeau ou expérience, don et présent quoi qu’il arrive.

En plus ta journée s’est finie sur la reconnaissance et les encouragements reçus de la part de ton amie Bénie. Sur une parole de réconfort de ta fille également. Que demander de plus ?!

Tu as beaucoup appris, sur toi, sur les autres. Alors COURAGE !!!

À chaque jour suffit sa peine et demain prendra soin de lui-même 🤗

J’ai fait de mon mieux aujourd’hui.

Je peux m’endormir en paix.

Demain prendra soin de lui-même…

Avec moi, avec Lui, avec toi, avec nous !

Merci mon Dieu 🙏🏼❤️

J’ai confiance en moi,

En ma capacité créatrice de chaque jour. 

J’ai confiance en Dieu qui m’a créée. 

Il me donne mon pain au quotidien,

Il ne désire que mon bien. 

J’ai confiance en l’autre. 

Il est capable lui aussi d’être acteur,

Et même créateur de sa vie ! 

Tout comme moi.

J’ai confiance que nous sommes 

Co-acteurs et co-créateurs, 

Dans ce trio gagnant que nous formons : 

Dieu, moi et les autres !

Elisabeth Cécile 

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s